Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ciné-o-Max

Ciné-o-Max

Critiques de films et de séries - NOUVEAU BLOG : http://randonormandie.over-blog.com/


Cruella (2021)

Publié par Cinéo Max sur 26 Juin 2021, 23:30pm

Catégories : #Cruella, #Comédie, #Drame, #Craig Gillespie, #Emma Stone, #Emma Thompson, #Joel Fry, #Paul Walter Hauser, #Les films

Cruella (2021)
Texte du podcast Ciné-O-maX consacré à Cruella : 

Bonjour tout le monde ! Parlons aujourd’hui du film Cruella.

 

Il s’agit donc d’un prequel aux 101 Dalmatiens centré sur le personnage de Cruella d’Enfer. Le film met en scène un très beau casting puisqu’on va y retrouver Emma Stone dans le rôle principal, mais aussi Emma Thompson, Paul Walter Hauser et Mark Strong. On notera aussi que le long-métrage est réalisé par Craig Gillespie, connu pour avoir déjà mis en scène Moi, Tonya, avec Margot Robbie.

 

Je ne suis pas un énorme fan des films d’animation de Disney. Il y en a certains que j’aime beaucoup, comme Le Roi Lion ou Le Bossu de Notre-Dame, mais globalement, je ne suis pas un gros connaisseur des classiques d’animation de Walt Disney.

En revanche, dans mon enfance, j’ai souvent regardé le 1er dessin animé Les 101 Dalmatiens, ainsi que les deux films live action… Je n’ai jamais vu la suite animée sortie 2003 par contre. 

Cruella (2021)

J’étais donc assez curieux de découvrir ce prequel en live action. Je me demandais comment ils allaient pouvoir trouver l’angle adéquat pour traiter de la jeunesse de Cruella, et s’ils allaient oser nous montrer un personnage véritablement méchant…

 

Mais surtout, ce qui m’intéressait dans ce film, c’est la présence d’Emma Stone. C’est une actrice que j’apprécie beaucoup, que ça soit dans des films grand public (comme les deux Spider-Man ou Lalaland) ou dans des films plus modestes. Je me rappelle encore d’un monologue vraiment puissant qu’elle interprète dans le film Birdman face à Michael Keaton.

 

Mais revenons au film Cruella, que j’ai eu la chance de voir en avant-première au cinéma de Pont-Audemer.

Globalement, j’ai passé un bon moment devant. J’ai trouvé que c’était un divertissement très sympathique.

 

Je pense que c’est un film qu’il faut analyser de deux points de vue différents. 

Cruella (2021)

D’un côté, il faut le juger comme un long-métrage en tant que tel, qui doit se suffire à lui-même. Et d’un autre côté, il va falloir l’analyser en tant que nouvelle pièce de la franchise cinématographique des 101 Dalmatiens. Parce que sur ce dernier point, on va voir que le film fait quelque chose d’assez intéressant.

 

Mais déjà, parlons du film en lui-même.

Déjà, je disais que le casting m’intéressait avant de voir le film. Et c’est vrai qu’il est très bon. Emma Stone a vraiment réussi à s’approprier le rôle donnant une grande dose d’émotion, mais aussi de détermination, à la folie qu’avait déjà le personnage.

J’ai bien aimé aussi la prestation d’Emma Thompson. Pendant tout le long-métrage, je me suis dit qu’elle aurait fait une bonne Cruella dans un remake classique des films d’origine.

 

J’ai bien aimé aussi la mise en scène qui va nous apporter quelques passages assez sympas graphiquement. 

Cruella (2021)

Concernant le personnage de Cruella, le film devait choisir entre nous montrer une Cruella gentille (au risque de décevoir le public qui veut voir un long-métrage sur une méchante) ou au contraire nous montrer une Cruella méchante (peut-être trop méchante pour porter un film Disney).

Eh bien finalement, le film va faire un choix assez audacieux mais logique : Il va nous montrer une Cruella un peu bipolaire en quelque sorte. Ce qui la rend en fin de compte encore plus menaçant, plus dangereuse, puisqu’on ne sait jamais à quoi s’attendre avec elle.

 

Bon, on reste quand même sur du divertissement tout public. Avec son lot de facilités scénaristiques et de rebondissements un peu sortis du chapeau.

 

Réfléchissons maintenant à la place que prend ce film dans la franchise des 101 Dalmatiens.  Parce qu’en fait, on parle déjà d’une suite à ce Cruella… 

Cruella (2021)

Et honnêtement, je vois mal comment faire une suite sans partir sur une redite de l’intrigue du dessin animé original… D’autant plus que le film ne se contente pas de raconter les origines du personnage de Cruella, mais va placer sous forme de clin d’œil (trop peu subtils) plusieurs éléments en lien avec le dessin animé. On pourrait presque voir ces clins d’œil comme du teasing finalement…

Cependant, si on voit ce long-métrage comme un véritable prequel aux films précédents, eh bien on va être gêné par de nombreuses incohérences. Je pense qu’au final, il faut plutôt voir ce film comme un reboot.

 

Voilà ce que j’avais à dire sur Cruella. Il n’est pas sans défaut, mais globalement j’ai trouvé que c’était un divertissement très sympathique devant lequel on peut passer un bon moment. Je vous encourage donc à aller le voir. 

Cruella (2021)

Merci d’avoir lu cet article, n’hésitez pas à laisser vos avis dans les commentaires ou par message, à le partager s'il vous a intéressé et à vous inscrire à la newsletter du blog afin de recevoir les articles en avant-première. Bonne journée !
 

Retrouvez Ciné-O-Max sur les réseaux sociaux :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents