Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ciné-o-Max

Ciné-o-Max

Critiques de films et de séries - NOUVEAU BLOG : http://randonormandie.over-blog.com/


[Film] Coupez ! (2022)

Publié par Cinéo Max sur 24 Mai 2022, 23:30pm

Catégories : #Coupez !, #Comédie, #Michel Hazanavicius, #Romain Duris, #Bérénice Bejo, #Finnegan Oldfield, #Matilda Lutz, #Les Films

[Film] Coupez ! (2022)

Comédie française, sortie en 2022, réalisée par Michel Hazanavicius, avec Romain Duris, Bérénice Bejo, Finnegan Oldfield, Matilda Lutz…

 

  • Synopsis :

Le film est présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2022 et en fait l'ouverture.

Un tournage de film de zombies dans un bâtiment désaffecté. Entre techniciens blasés et acteurs pas vraiment concernés, seul le réalisateur semble investi de l’énergie nécessaire pour donner vie à un énième film d'horreur à petit budget. L’irruption d’authentiques morts-vivants va perturber le tournage…

Allociné

[Film] Coupez ! (2022)

Bonjour tout le monde !

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour parler du nouveau long-métrage de Michel Hazanavicius : Coupez !.

 

Il s’agit donc du remake d’un film japonais, Ne coupez pas !, sorti en 2017 et réalisé par Shin'ichirō Ueda. Je dois avouer n’avoir jamais vu le long-métrage original. Je me suis un peu renseigné dessus avant de voir ce remake, et j’ai été faire de nouvelles recherches suite à la séance pour voir s’il était totalement fidèle à l’œuvre d’origine ou non.

 

En réalité, ce qui m’a motivé à voir ce film, c’est la présence à la réalisation et au scénario de Michel Hazanavicius. C’est un réalisateur dont j’ai apprécié plusieurs de ses films, notamment lorsqu’il se prête à des exercices de style (comme ça a pu être le cas sur OSS 117 ou The Artist par exemple).

Et ça tombe bien, parce qu’en découvrant les 1ères images de Coupez !, j’ai aussitôt eu l’impression que ce nouveau long-métrage allait être un véritable exercice de style pour le cinéaste. 

[Film] Coupez ! (2022)

Ces 1ères images laissaient imaginer un long-métrage qui reprendrait les codes de séries B, voire des séries Z, ces films créés avec les moyens du bord par des équipes frôlant l’amateurisme.

 

Même si la méthode et surtout le rendu final me questionnaient un peu, j’étais tout de même très curieux de voir ce nouveau film de Michel Hazanavicius. J’ai donc été voir Coupez ! au cinéma, et je dois dire que ça a été une très bonne surprise pour moi.

 

Lorsque je dis que la méthode me questionnait, je veux dire par là que j’avais du mal à voir d’un bon œil la démarche consistant à prendre un film réalisé avec peu de moyens pour en faire un remake avec davantage de budget ainsi que de moyens techniques et humains tout en faisant en sorte qu’il paraisse tout autant fauché…

L’intérêt de faire un remake, c’est précisément d’apporter une valeur ajoutée : ici par davantage de moyens d’un côté, et par la différence de culture de l’autre (la différence de culture entre le Japon et la France doit être utilisée et se ressentir dans un tel remake). 

[Film] Coupez ! (2022)

Or, lorsqu’on regarde les 1ères images diffusées, on a l’impression de voir un film qui ne se sert pas de son budget, qui ne se donne même pas la peine d’apporter sa propre culture, et même pire, de voir un film qui se moque ouvertement de celui qui l’a inspiré (et de son manque de budget).

 

D’où ma crainte concernant le rendu final. Lorsque je voyais les 1ères images, j’avais du mal à imaginer un film de près de 2h avec une apparence aussi fauchée.

 

Et donc pour en revenir au film en lui-même, toutes mes craintes se sont confirmées dans la 1ère demi-heure.

Elle est assez dingue, vraiment, elle va loin dans son délire. Je parlais d’exercice de style, eh bien cette première partie du film relève vraiment de l’exercice de style. Et c’est vraiment réussi, il faut le dire. Mais en même temps, elle me dérangeait pour les différentes raisons que j’ai citées… 

[Film] Coupez ! (2022)

J’ai noté de nombreux défauts, et en même temps, je maudissais le long-métrage car il avait juste à ajuster certains détails et à jouer sur certaines de ses particularités pour que tous ses défauts soient corrigés, ou au moins justifiés. J’étais vraiment partagé entre l’amusement et la frustration.

 

Puis est arrivé la fin de cette 1ère demi-heure. Le long-métrage rentre alors dans son deuxième acte, et prend une tout autre dimension. Et là, finalement tous les défauts prennent leur sens.

On comprend quelles sont les réelles intentions du long-métrage, ce qu’il souhaite nous raconter et le pourquoi du comment des 30 premières minutes.

 

Ce qui est frustrant, c’est que je ne vais pas pouvoir trop rentrer dans le détail pour ne pas vous spoiler, parce que ce rebondissement mérite vraiment d’être découvert en salle, vous méritez d’aller découvrir ce film sans savoir à quoi vous attendre, comme c’était plus ou moins mon cas, pour être autant surpris que je l’aie été. 

[Film] Coupez ! (2022)

Mais vraiment, cette seconde partie va vraiment donner une nouvelle grille de lecture au spectateur concernant les 30 premières minutes. La plupart des défauts notables vont devenir beaucoup plus logiques. Et tout ça va nous mener vers un acte final absolument hilarant et excellent.

 

On comprend finalement que l’idée du long-métrage c’est de suivre un modeste réalisateur de petites productions (essentiellement des pubs, des clips vidéo, etc.), embauché par des producteurs pour réaliser le remake d’un gros succès du cinéma japonais. Ce réalisateur y voit l’opportunité de se faire connaître du grand public et d’y mettre sa patte artistique, alors qu’il a en réalité été choisi précisément parce qu’il est facilement malléable. Son ambition va donc se heurter aux exigences du studio et le tournage de son film va devenir un véritable enfer sur tous les points.

N’est-ce pas en réalité l’histoire derrière bon nombre de blockbuster existant réellement ? 

[Film] Coupez ! (2022)

On est donc vraiment face à un long-métrage qui va avoir plusieurs niveaux de lecture, utilisant à plusieurs reprises l’idée de mise en abyme pour raconter son récit.

 

L’ensemble est porté par un excellent casting.

Décidément, Romain Duris m’impressionne dans chacun des rôles où je le découvre en ce moment. Son personnage se révèle très intéressant au fur et à mesure de l’avancée du long-métrage, et la prestation du comédien est à la fois très émouvante et totalement folle.

Les trois autres comédiens principaux, Bérénice Bejo (épouse et fidèle du cinéma de Michel Hazanavicius), Finnegan Oldfield et Matilda Lutz sont excellents aussi.

On les voit nettement moins, mais j’ai aussi beaucoup apprécié les prestations de Luàna Bajrami, Grégory Gadebois, Jean-Pascal Zadi, Raphaël Quenard et de Yoshiko Takehara.

En fait, une large majorité du casting est vraiment à fond dans le délire, et ça fait plaisir à voir. 

[Film] Coupez ! (2022)

Et enfin la musique d’Alexandre Desplat, sans être particulièrement mémorable, j’ai beaucoup aimé la manière dont elle s’intégrait dans le récit, l’utilisation qui en était faite pour en faire à la fois un ressort comique et un ressort scénaristique.

 

Voilà ce que j’avais à dire sur Coupez !.

J’ai essayé de ne pas trop en dévoiler pour vous laisser l’opportunité d’être surpris en salle comme je l’aie été, mais j’ai vraiment passé un très bon moment devant ce film.

 

C’est un long-métrage très surprenant, mais aussi intéressant, que ça soit dans sa forme ou dans son fond. Le casting se donne à fond. La mise en scène de Michel Hazanavicius est très bien travaillée. L’utilisation de la musique d’Alexandre Desplat est plutôt intéressante.

 

Vous l’aurez donc compris, Coupez ! est, pour moi, une véritable réussite. Je n’ai pas vu le film original, mais j’ai très envie de le découvrir. En attendant, je vous recommande vivement d’aller voir Coupez ! au cinéma.

Merci d’avoir lu cet article, n’hésitez pas à laisser vos avis dans les commentaires ou par message, à le partager s'il vous a intéressé et à vous inscrire à la newsletter du blog afin de recevoir les articles en avant-première. Bonne journée !


Retrouvez Ciné-O-Max sur les réseaux sociaux :

> Retrouvez les podcasts Ciné-O-maX <

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents